Non classé

Politique du médicament par Dominique Delandre

Politique du médicament par Dominique Delandre

 

Constat:

Les périodes de pénurie de médicaments (principalement de consommation courante tombés dans le domaine public) sont de plus en plus fréquentes et sont majorées par des crises comme la pandémie actuelle de coronavirus.

La part française du marché mondial du médicament est passée de 5,9 % en 2007 à 3,7%, la France est passée de la 1ère place à la 4ème place dans I’UE.

Causes:

– L’industrie du médicament comme toutes les autres industries est désormais mondialisée et fonctionne à flux tendu, il suffit d’une crise sanitaire, géopolitique, d’un accident industriel pour que le système se grippe.

. 80% des produits actifs médicamenteux sont fabriqués en Asie, principalement en Chine et en Inde contre 20% il y a 30ans.

– Les laboratoires pharmaceutiques français et européens et leurs sous-traitants sont désormais des façonniers, la chaine de production étant éclatée géographiquement (centre de recherche souvent en Europe, fabrication des molécules actives et des excipients souvent en Asie, façon du médicament en général en Europe ou pays à bas coût comme le Maroc).

– Perte d’attractivité de la France comme pour le reste du fait de nos coûts de production, de nos lourdeurs administratives (en particulier les procédures d’accréditation des nouveaux médicaments qui sont plus compliquées et longues en France), exigences réglementaires et environnementales.

– Prix bas des médicaments de consommation courante, les médicaments en France sont parmi les moins chers des pays développés. Les industries pharmaceutiques privilégient et préfèrent donc fournir en priorité les pays à prix élevés.

– La recherche française pharmaceutique qui était un leader est en perte de vitesse, donc moins de molécules innovantes à plus-values élevées.

Solutions:

Bien évidemment complexes à mettre en oeuvre et de dimension européenne.

– Relocalisation de la filière en particulier de la fabrication des molécules actives.

– Etablir un juste prix, stopper cette course aux prix bas qui à court terme diminue les dépenses de la sécu mais met en danger la filière pharmaceutique du centre de recherche à I’officine et la population.

– Augmenter les stocks de produits actifs et de médicaments finis pour amortir les ruptures d’approvisionnement.

– Simplifier les procédures administratives et améliorer la compétitivité (coucou le programme de FF !).

– stimuler la recherche dans les thérapeutiques innovantes (indispensable partenariat entre recherche publique et industrie pharmaceutique)

 

Dominique Delandre
Médecin de centre de rééducation fonctionnelle,
Adjoint aux Sports de la ville de Montargis (Loiret)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s